Rétroviseurs et bouchon d’essence

Un petit peu de peinture sur les rétroviseurs. Il sont d’origine Ford Capri III. J’ai retiré l’habillage plastique qui avait très mal vieillis. A l’arrivée, les rétros ont meilleure allure. La peinture est trop brillante, je prévois d’appliquer un vernis satiné.

Même traitement pour le bouchon d’essence et sa goulotte qui avaient vraiment triste allure.

Portières et garnitures

Afin de déposer les rétroviseurs extérieurs qui méritent une réfection, je démonte les garnitures de portières.

Celles-ci sont fixées à l’aide de vis (en filetage Whitworth…). Les écrous prisonniers sont fixés sur un plaquette popée sur la portière en matière plastique.

Ici aussi, la rouille a fait son œuvre et la moitié des vis cassent avant même de tourner. Il va falloir trouver une autre solution pour le remontage.

Le système d’origine de fixation de la garniture de portière. Sous cet angle, on comprend pourquoi la vis a cédé.

En remplacement, je trouve de petites chevilles en silicone. Agrémentées de vis m5 en inox et de cache-vis elles assureront une fixation efficace et élégante

La cheville, la vis et le cache-vis
La portière gauche dépourvue de sa garniture.

Le nouveau système de fixation.

Un coup d’œil sur la charnière côté gauche.

Echappement

L’échappement est réduit à un simple pot arrière de marque Devil. Cet accessoire n’est évidemment pas d’origine mais s’intègre bien sur la Scimitar et lui procure un son particulièrement agréable.

Le pot Devil, simple mais efficace, assure une sonorité très ‘racing’

Malheureusement et une fois encore, le montage laisse à désirer. Les colliers n’assurent aucune étanchéité aux raccords et génèrent des pétarades facultatives. La patte bricolée pour la fixation du pot (en fait une simple tige filetée ouvragée avec style) ne me plaît pas non plus.

La patte de fixation en tige filetée.

En attendant mieux, je me contente de remplacer les colliers d’échappement en cherchant à obtenir un ensemble étanche et de remplacer la patte de fixation du pot.

La nouvelle patte.

Feux avants et longues portées

Les feux avant (feus de position et clignotant) d’origine Fiat sont en très mauvais état. J’ai trouvé deux optiques sur eBay Italie de deux marques différentes. En revanche, je n’arrive pas à mettre la main sur les blocs. Les rares pièces métalliques de l’ensemble étaient tellement oxydés que j’ai du employer la manière forte pour les sortir de leur logement, puis modifier le système de fixation en conséquence. Malgré cette première intervention, les feux restent capricieux. J’ai donc décidé de modifier en profondeur leur fonctionnement. J’ai choisi de remplacer les douilles en acier mou et corrodé par des Leds. Voici le montage :

Le feu d’origine…

… et après transformation

Le résultat

Les longues portées sont enfin en place. Il m’a suffit de les raccorder au câblage existant et Golden Scimitar a retrouvé les appels de phare. La fixation a été plus sportive, le spoiler avant s’étant affaissé au cours des années de quelques centimètres par rapport au cadre du châssis sur lequel il est fixé par l’intermédiaire des phares additionnels. Pour les antibrouillards, le circuit électrique reste à faire.

Barre stabilisatrice arrière

Au cours d’une observation du train arrière, j’ai découvert que la barre stabilisatrice arrière se promenait dans son logement. Les silent-blocs censés la maintenir au châssis sont très fatigués voire détruit pour l’un deux. Bref la barre ne sert pas à grand chose dans cet état.

Le silent-bloc gauche, aucun contact.

Le droit a presque totalement disparu.

Sans commentaire



Une des deux biellettes, d’un type qui m’est inconnu.


La difficulté cette fois encore est de dénicher des pièces équivalentes. Les biellettes reliant la barre aux triangles de suspension ne ressemblent à rien que je connaisse. Mon choix se portera sur des pièces BMW à la conception plus moderne. Pour les silent-blocs, c’est un modèle Ford qui ferra mon bonheur.



Même référence, même marque mais années différentes. Les deux biellettes sont sensiblement différentes. Traitement, taille des rotules, caches-poussières et même pas de vis, tout les séparent. Elles sont malgré tout interchangeables. Reste le problème esthétique… 




Le montage se fait assez facilement. Les silent-blocs sont un peu gros pour les étriers mais finissent par s’apprêter avec suffisamment de diplomatie. Pour les biellettes, le principal problème provient du diamètre des vis plus petit qu’à l’origine, 10mm au lieu de 12. Des bagues grossièrement découpées permettent d’arranger ça.