Archives du mot-clé scimitar

Feux avants et longues portées

Les feux avant (feus de position et clignotant) d’origine Fiat sont en très mauvais état. J’ai trouvé deux optiques sur eBay Italie de deux marques différentes. En revanche, je n’arrive pas à mettre la main sur les blocs. Les rares pièces métalliques de l’ensemble étaient tellement oxydés que j’ai du employer la manière forte pour les sortir de leur logement, puis modifier le système de fixation en conséquence. Malgré cette première intervention, les feux restent capricieux. J’ai donc décidé de modifier en profondeur leur fonctionnement. J’ai choisi de remplacer les douilles en acier mou et corrodé par des Leds. Voici le montage :

Le feu d’origine…

… et après transformation

Le résultat

Les longues portées sont enfin en place. Il m’a suffit de les raccorder au câblage existant et Golden Scimitar a retrouvé les appels de phare. La fixation a été plus sportive, le spoiler avant s’étant affaissé au cours des années de quelques centimètres par rapport au cadre du châssis sur lequel il est fixé par l’intermédiaire des phares additionnels. Pour les antibrouillards, le circuit électrique reste à faire.

Barre stabilisatrice arrière

Au cours d’une observation du train arrière, j’ai découvert que la barre stabilisatrice arrière se promenait dans son logement. Les silent-blocs censés la maintenir au châssis sont très fatigués voire détruit pour l’un deux. Bref la barre ne sert pas à grand chose dans cet état.

Le silent-bloc gauche, aucun contact.

Le droit a presque totalement disparu.

Sans commentaire



Une des deux biellettes, d’un type qui m’est inconnu.


La difficulté cette fois encore est de dénicher des pièces équivalentes. Les biellettes reliant la barre aux triangles de suspension ne ressemblent à rien que je connaisse. Mon choix se portera sur des pièces BMW à la conception plus moderne. Pour les silent-blocs, c’est un modèle Ford qui ferra mon bonheur.



Même référence, même marque mais années différentes. Les deux biellettes sont sensiblement différentes. Traitement, taille des rotules, caches-poussières et même pas de vis, tout les séparent. Elles sont malgré tout interchangeables. Reste le problème esthétique… 




Le montage se fait assez facilement. Les silent-blocs sont un peu gros pour les étriers mais finissent par s’apprêter avec suffisamment de diplomatie. Pour les biellettes, le principal problème provient du diamètre des vis plus petit qu’à l’origine, 10mm au lieu de 12. Des bagues grossièrement découpées permettent d’arranger ça.

Pédalier Mugen

Un nouvel écart par rapport à l’origine, j’ai choisi d’améliorer le touché grâce à ces pédales de style ‘Mugen’.

Le montage s’effectue sans problème et le résultat procure des sensations plus précises ce qui n’est pas un luxe compte tenu du caractère joueur du véhicule. En revanche, la place est comptée, gros pieds s’abstenir.

Le nouveau poste de pilotage

Soufflet de levier de vitesse

Au tour du levier de vitesse, le soufflet d’origine est en cuir gris. Brûlé par le soleil, il n’est plus très présentable. Heureusement on trouve de tout sur eBay et notamment les habillages en cuir nécessaires pour le levier de vitesse et celui du frein à main. La suite en images.

Le soufflet en cuir et son support que j’ai réalisé avec du médium. Le support original en isorel n’était plus utilisable. Les boutons pression seront rivés au support.

Les pressions en place, le soufflet est agrafé au support

L’original et sa copie.

Bientôt le résultat final dans l’habitacle.

Nouveaux phares

Comme le reste de l’éclairage, les projecteurs principaux sont fatigués. L’un d’eux surtout prend l’eau depuis un certain temps sans doute. Il me semble que leur position « horizontale » favorise la stagnation d’eau sur le pourtour de la vitre et à la longue l’entrée d’eau dans le phare. C’est ce qui est arrivé au phare droit qui se remplit dès qu’il pleut et dont le globe est fortement terni.

Ces phares sont ceux des toutes premières Austin Metro. Très courants en Grande-Bretagne, ils sont difficiles à dénicher sur le continent. Par chance, j’ai pu trouver une paire d’optiques neuves auprès d’un spécialiste Mini.

Le globe le plus abimé. Les traces qu’on aperçoit au fond témoignent du niveau atteint par l’eau à l’intérieur du phare.
Le fond du globe dans lequel la rouille s’est déjà installée.
L’ancien phare et le nouveau. Particularité, si l’ancien phare date de la fin des années 80, le nouveau est lui du début des années 80 comme l’Austin Metro à laquelle il est normalement destiné. Autres différence liée à la première, le nouveau phare n’est plus H4 comme l’original mais E2 (Code Européen). La platine sur laquelle est fixé le phare est spécifique à l’Austin et inutilisable pour moi.
Pour préserver les nouvelles optiques de l’humidité, j’ai choisi de colmater la gouttière périphérique avec un mastic polyuréthane de qualité. Ces phares sont étudiés à l’origine pour être disposés verticalement et protégés par une casquette.
Le phare mastiqué et en position.
Avec l’habillage en place.
Golden Scimitar a retrouvé la vue. Je dois maintenant m’occuper des feux additionnels et des veilleuses/clignotants qui fonctionnent parfois…

‘Licence plates’

Pour être honnête, les plaques d’immatriculations montées sur Goden Scimitar ne me plaisent pas. Ces nouvelles ‘SIV’ sont vilaines et surchargées. J’ai donc commandé outre-manche deux plaques plus dans l’esprit british du véhicule.
Les plaques actuelles, laides et trop colorées. De plus, la plaque arrière est maintenue par 4 vis qui lient aussi le bouclier au chassis. Cette fixation par vis et non par rivet n’est pas très bien vue chez nous.

Pour cacher les vis, j’ai fait l’acquisition de supports de plaque universels plutôt bien pensés quoique certainement prohibés dans notre beau pays des libertés…

Voilà le résultat pour l’arrière.

Et pour l’avant.

Un volant ‘sport’

Objectivement, le volant d’origine est particulièrement laid (les mauvaises langues diront « comme la voiture, en fait »).
Après quelques recherches, je me suis décidé pour un modèle Mountney. Dans l’esprit parce que brittanique et aussi parce que cette marque pratique des tarifs très abordables (la Scimitar est la Lotus du pauvre en quelque sorte).
Il a été un peu plus difficile de trouver le moyeu convenant à la SS1. Il s’avère en définitive que celui de la Triumph Spitfire s’adapte parfaitement.

Le volant Mountney muni de ses vis d’origine, je ne les trouve pas belles. 
Le volant présente maintenant un insigne Scimitar (ce modèle noir et blanc est antérieur à la SS1 qui possède un badge rouge) et fixé par des vis inox du meilleur effet.
Je me suis aussi procuré un jeu de pédale Mugen (ou plutôt une très belle imitation). Là je sort un peu de l’esprit d’origine mais le pédalier d’origine est glissant et limite dangereux sur une bombe comme Golden Scimitar. Je procèderai au montage plus tard.

Direction en place et longues portées

Après ce long intermède, la direction est à nouveau en place sur la voiture. J’ai réglé le parallelisme à l’aide d’une cordelette et des valeurs prévues pour les Opel Kadett C. Le résultat est honorable sauf pour le volant qui n’est pas bien centré.
Golden Scimitar a donc repris la route sous un très beau soleil d’octobre et c’est tant mieux puisque la capote est toujours déposée.
La crémaillère en elle même présente un léger jeu au changement de direction. Je n’ai pas vu de cale d’épaisseur sur l’axe du pignon au démontage. Visiblement il va falloir en rajouter pour obtenir un réglage optimal. 
J’ai enfin reçu les phares commandés il y a près de 4 mois à Hong Kong. Les longues portées d’origine (manquantes sur la voiture) ont une forme sensiblement différente mais celles-ci s’adaptent très bien et restent dans le style d’époque. En outre, elles feront office d’antibrouillards après cablage d’une nouvelle ligne. Pour l’instant je dois décoller les vitrages pour nettoyer une substance indéterminée qui opacifie les feux.

Remontage de la crémaillère

J’ai récupéré la barre de direction après usinage.

Voilà ce que ça donne.

Et avec la rotule en place.

Le boitier est repeint, tout comme les capots. Les rotules extérieures sont neuves, les soufflets en bon état. J’ai retaillé des joints en papier, il ne reste plus qu’à remonter en veillant à bien graisser l’ensemble.

En cours de remontage :

Voilà l’ensemble prêt à reprendre sa place.