Archives du mot-clé turbo

Turbo, début de diagnostic

Première étape, la durite d’évacuation de l’huile du turbo vers le carter.

Elle n’est pas bien belle et surtout elle affiche clairement qu’elle n’est pas prévue pour transporter de l’huile chaude mais du liquide de refroidissement (Standard Heater Hose). Elle ne me semble pas poreuse juste grasse.

L’embout en sortie de turbo ne semble pas fuir non plus.

Problème moteur

Depuis quelques temps Golden Scimitar roule un peu plus régulièrement.
Sans que sa tension soit définitive, la capote permet d’affronter la pluie et donc d’augmenter le rayon d’action.

L’automne s’annonce clément, je me rends donc de plus en plus souvent au travail avec la Scimitar.

Malheureusement, hier sur le chemin du retour, une fumée épaisse et nauséabonde s’est mise à sortir du capot et du soubassement de la voiture. Je me suis aussitôt arrêté et ai rangé la voiture à l’abri de la circulation. Capot moteur levé, je m’aperçois que la fumée provient de la région du turbo. L’odeur ne trompe pas, c’est de l’huile qui brûle. Le fonctionnement du moteur ne semble pas perturbé outre mesure, pas de température élevée…

Le reste du trajet se fera donc sur plateau pour plus de sécurité.

Aujourd’hui, j’ai redémarré le moteur sans soucis, de l’huile semble être pulvérisée à proximité ou depuis le turbo et s’évapore aussitôt compte tenu de la chaleur de l’endroit.

Pas évident de savoir d’où provient exactement la fuite. Il ne semble pas y avoir de fumée du côté de l’échappement ce qui exclurait une défaillance du turbo. Il reste la piste de l’alimentation en huile des rotors. Une durit aviation est visible et ne semble pas impliquée, possible qu’il y en ait une autre cachée sous le turbo ou entre le turbo et le bloc moteur.

Bref, je ne sais pas trop comment diagnostiquer cette fuite.

Portières et garnitures

Afin de déposer les rétroviseurs extérieurs qui méritent une réfection, je démonte les garnitures de portières.

Celles-ci sont fixées à l’aide de vis (en filetage Whitworth…). Les écrous prisonniers sont fixés sur un plaquette popée sur la portière en matière plastique.

Ici aussi, la rouille a fait son œuvre et la moitié des vis cassent avant même de tourner. Il va falloir trouver une autre solution pour le remontage.

Le système d’origine de fixation de la garniture de portière. Sous cet angle, on comprend pourquoi la vis a cédé.

En remplacement, je trouve de petites chevilles en silicone. Agrémentées de vis m5 en inox et de cache-vis elles assureront une fixation efficace et élégante

La cheville, la vis et le cache-vis
La portière gauche dépourvue de sa garniture.

Le nouveau système de fixation.

Un coup d’œil sur la charnière côté gauche.

Echappement

L’échappement est réduit à un simple pot arrière de marque Devil. Cet accessoire n’est évidemment pas d’origine mais s’intègre bien sur la Scimitar et lui procure un son particulièrement agréable.

Le pot Devil, simple mais efficace, assure une sonorité très ‘racing’

Malheureusement et une fois encore, le montage laisse à désirer. Les colliers n’assurent aucune étanchéité aux raccords et génèrent des pétarades facultatives. La patte bricolée pour la fixation du pot (en fait une simple tige filetée ouvragée avec style) ne me plaît pas non plus.

La patte de fixation en tige filetée.

En attendant mieux, je me contente de remplacer les colliers d’échappement en cherchant à obtenir un ensemble étanche et de remplacer la patte de fixation du pot.

La nouvelle patte.

Feux avants et longues portées

Les feux avant (feus de position et clignotant) d’origine Fiat sont en très mauvais état. J’ai trouvé deux optiques sur eBay Italie de deux marques différentes. En revanche, je n’arrive pas à mettre la main sur les blocs. Les rares pièces métalliques de l’ensemble étaient tellement oxydés que j’ai du employer la manière forte pour les sortir de leur logement, puis modifier le système de fixation en conséquence. Malgré cette première intervention, les feux restent capricieux. J’ai donc décidé de modifier en profondeur leur fonctionnement. J’ai choisi de remplacer les douilles en acier mou et corrodé par des Leds. Voici le montage :

Le feu d’origine…

… et après transformation

Le résultat

Les longues portées sont enfin en place. Il m’a suffit de les raccorder au câblage existant et Golden Scimitar a retrouvé les appels de phare. La fixation a été plus sportive, le spoiler avant s’étant affaissé au cours des années de quelques centimètres par rapport au cadre du châssis sur lequel il est fixé par l’intermédiaire des phares additionnels. Pour les antibrouillards, le circuit électrique reste à faire.

Barre stabilisatrice arrière

Au cours d’une observation du train arrière, j’ai découvert que la barre stabilisatrice arrière se promenait dans son logement. Les silent-blocs censés la maintenir au châssis sont très fatigués voire détruit pour l’un deux. Bref la barre ne sert pas à grand chose dans cet état.

Le silent-bloc gauche, aucun contact.

Le droit a presque totalement disparu.

Sans commentaire



Une des deux biellettes, d’un type qui m’est inconnu.


La difficulté cette fois encore est de dénicher des pièces équivalentes. Les biellettes reliant la barre aux triangles de suspension ne ressemblent à rien que je connaisse. Mon choix se portera sur des pièces BMW à la conception plus moderne. Pour les silent-blocs, c’est un modèle Ford qui ferra mon bonheur.



Même référence, même marque mais années différentes. Les deux biellettes sont sensiblement différentes. Traitement, taille des rotules, caches-poussières et même pas de vis, tout les séparent. Elles sont malgré tout interchangeables. Reste le problème esthétique… 




Le montage se fait assez facilement. Les silent-blocs sont un peu gros pour les étriers mais finissent par s’apprêter avec suffisamment de diplomatie. Pour les biellettes, le principal problème provient du diamètre des vis plus petit qu’à l’origine, 10mm au lieu de 12. Des bagues grossièrement découpées permettent d’arranger ça.

Pédalier Mugen

Un nouvel écart par rapport à l’origine, j’ai choisi d’améliorer le touché grâce à ces pédales de style ‘Mugen’.

Le montage s’effectue sans problème et le résultat procure des sensations plus précises ce qui n’est pas un luxe compte tenu du caractère joueur du véhicule. En revanche, la place est comptée, gros pieds s’abstenir.

Le nouveau poste de pilotage

Soufflet de levier de vitesse

Au tour du levier de vitesse, le soufflet d’origine est en cuir gris. Brûlé par le soleil, il n’est plus très présentable. Heureusement on trouve de tout sur eBay et notamment les habillages en cuir nécessaires pour le levier de vitesse et celui du frein à main. La suite en images.

Le soufflet en cuir et son support que j’ai réalisé avec du médium. Le support original en isorel n’était plus utilisable. Les boutons pression seront rivés au support.

Les pressions en place, le soufflet est agrafé au support

L’original et sa copie.

Bientôt le résultat final dans l’habitacle.

Nouveaux phares

Comme le reste de l’éclairage, les projecteurs principaux sont fatigués. L’un d’eux surtout prend l’eau depuis un certain temps sans doute. Il me semble que leur position « horizontale » favorise la stagnation d’eau sur le pourtour de la vitre et à la longue l’entrée d’eau dans le phare. C’est ce qui est arrivé au phare droit qui se remplit dès qu’il pleut et dont le globe est fortement terni.

Ces phares sont ceux des toutes premières Austin Metro. Très courants en Grande-Bretagne, ils sont difficiles à dénicher sur le continent. Par chance, j’ai pu trouver une paire d’optiques neuves auprès d’un spécialiste Mini.

Le globe le plus abimé. Les traces qu’on aperçoit au fond témoignent du niveau atteint par l’eau à l’intérieur du phare.
Le fond du globe dans lequel la rouille s’est déjà installée.
L’ancien phare et le nouveau. Particularité, si l’ancien phare date de la fin des années 80, le nouveau est lui du début des années 80 comme l’Austin Metro à laquelle il est normalement destiné. Autres différence liée à la première, le nouveau phare n’est plus H4 comme l’original mais E2 (Code Européen). La platine sur laquelle est fixé le phare est spécifique à l’Austin et inutilisable pour moi.
Pour préserver les nouvelles optiques de l’humidité, j’ai choisi de colmater la gouttière périphérique avec un mastic polyuréthane de qualité. Ces phares sont étudiés à l’origine pour être disposés verticalement et protégés par une casquette.
Le phare mastiqué et en position.
Avec l’habillage en place.
Golden Scimitar a retrouvé la vue. Je dois maintenant m’occuper des feux additionnels et des veilleuses/clignotants qui fonctionnent parfois…

‘Licence plates’

Pour être honnête, les plaques d’immatriculations montées sur Goden Scimitar ne me plaisent pas. Ces nouvelles ‘SIV’ sont vilaines et surchargées. J’ai donc commandé outre-manche deux plaques plus dans l’esprit british du véhicule.
Les plaques actuelles, laides et trop colorées. De plus, la plaque arrière est maintenue par 4 vis qui lient aussi le bouclier au chassis. Cette fixation par vis et non par rivet n’est pas très bien vue chez nous.

Pour cacher les vis, j’ai fait l’acquisition de supports de plaque universels plutôt bien pensés quoique certainement prohibés dans notre beau pays des libertés…

Voilà le résultat pour l’arrière.

Et pour l’avant.